white_email.png

Webmail

Recherche



photo pierre heckler 1467290964 1Dans quelques jours, c’est les résultats du bac. Et certains nouveaux bacheliers vont fêter ça… sans modération. Pourtant, l’alcoolisation massive est particulièrement dangereuse chez les jeunes de 17 à 35 ans.
« Si le binge-drinking ou biture express est très médiatisé, il correspond surtout à un comportement anglo-saxon, indique le Dr Etienne Hiegel, du service addictologie du centre hospitalier de Jury. E n France, on parle plutôt d’alcoolisation ponctuelle importante. Cela correspond à cinq verres d’alcool pour les garçons et quatre pour les filles. »
Les risques sont réels. « Ils sont d’abord environnementaux : il y a un risque accru d’être auteur ou victime de violence, d’agressions sexuelles. Mais il y a également des conséquences directes pour la santé. Le coma éthylique peut provoquer un étouffement ou un arrêt cardiaque. »
Il y a aussi des risques à long terme lorsque les épisodes d’alcoolisation sont précoces, répétés et importants : « Il est difficile d’apporter des réponses très précises sur ce point mais des études tendent à montrer qu’il y a des conséquences sur la maturation du cerveau et sur les capacités fonctionnelles. Par ailleurs, une étude américaine a mis en lumière une vulnérabilité accrue à une dépendance future à l’alcool. »
On observe enfin que l’alcoolisation ponctuelle importante est souvent associée à la consommation de cannabis.
Le Dr Etienne Hiegel se bat contre la banalisation de l’alcoolisation ponctuelle. « Lorsqu’ils consomment de l’alcool en groupe, les jeunes se sentent protégés. Pourtant, le risque est réel. »
Que ce soit pour les jeunes ou pour les adultes, l’organisation mondiale de la Santé recommande de ne jamais consommer plus de 4 verres d’alcool pour une même occasion. La limite hebdomadaire est fixée à 21 verres pour un homme et à 14 verres pour une femme, en s’abstenant au moins un jour par semaine.

Républicain Lorrain du 30 juin 2016
Joomla Template - by Joomlage.com